Livre « Gymnastique quotidienne »


Extrait du livre  du Docteur J.E. RUFFIER

Gymnastique quotidienne

 Entrainement du cœur et de la respiration

Il faut entendre par exercices généraux ceux dont l’exécution demande l’intervention de toute la musculature du corps ou tout au moins de sa majeure partie. Dans ces mouvements, aucun muscle ne donne sa contraction maximale comme dans les exercices locaux, mais tous coordonnent des contractions moyennes pour accomplir synergiquement le mouvement.

Il s’ensuit que leur effet est fort petit, presque nul, sur l’accroissement du muscle, en volume, mais qu’il est très grand sur l’accélération de la circulation, sur l’élimination de toxines et sur l’absorption d’oxygène.

A travers tous les muscles en action, le sang doit en effet courir précipitamment pour leur apporter des matériaux de travail : du sucre et de l’oxygène, et pour drainer les produits usés : les urates et l’acide carbonique.

Aussi le cœur précipite ses battements, augmente sa poussée ; tandis que le thorax se mobilise largement et rapidement, afin que le poumon, éliminant l’acide carbonique, puisse assimiler l’oxygène.

Donc les exercices généraux font battre le cœur et essoufflent.

Bien que ce soient là deux phénomènes que certains ne voudraient jamais voir se produire chez les sujets soumis à une méthode de gymnastique rationnelle, il faut affirmer qu’il est indispensable de les provoquer parce que ce n’est qu’ainsi qu’on fait les cœurs solides et les poitrines profondes.

Il ne faut, certes, le faire qu’avec la prudence nécessaire, la progression indispensable.

C’est pourquoi, avant de se livrer aux sports — qui réalisent les meilleurs, mais aussi les plus violents mouvements généralisés — il est bon de faire entrer dans une série de culture physique un exercice méthodique qui produise ce travail généralisé de la musculature.

Extrait du livre  du Docteur J.E. RUFFIER

Gymnastique quotidienne


%d blogueurs aiment cette page :