Livre « Dépressions et fatigues nerveuses »


Extrait du livre du Docteur J.E. RUFFIER   

Ce qui guérit par l’exercice 

Dépressions et fatigues nerveuses    (édition épuisée)

 

Avant propos

La Santé naturelle et les Cures d’exercice.

 

Il est de règle, quand on tombe malade, de se mettre au repos et de prendre des médicaments. Ceux-ci ont pour but, soit de rétablir les fonctions de l’organisme qui se sont affaiblies ou troublées, soit de rendre cet organisme réfractaire aux invasions microbiennes, ou enfin de détruire les microbes quand ils l’ont envahi.

Cette tactique médicale contre les maladies a multiplié le nombre des médicaments et réparti leurs spécialisations entre toutes les défaillances de la santé. Il est des remèdes particuliers pour le cœur, les poumons, l’estomac, le foie, l’intestin, le cerveau, les nerfs, pour tout ce qui peut souffrir ou se détraquer dans la complexe machine humaine.

L’arsenal de la pharmacopée devient si riche et si compliqué qu’il est de plus en plus difficile de choisir entre ses armes dont les effets, parfois satisfaisants, sont souvent peu marqués et, de temps à autre, nuisibles.

En tout cas, ils n’ont pour résultat que de créer en nous une « Santé Artificielle », précaire, fort différente de la « Santé Naturelle » que, tous, nous possédons en puissance, mais que nous ne songeons guère à développer et à entretenir.

Cette Santé Naturelle, nous ne la recevons pas passivement comme un médicament ; il nous faut l’acquérir et la conserver activement, par un effort de notre volonté et de notre corps, en suivant des règles d’hygiène, dont la principale est de « se donner du mouvement ».

Car la vie est mouvement. Elle ne se maintient que par les mouvements qui se produisent au-dedans du corps, ou qui se manifestent au-dehors par les gestes et actions que ce corps extériorise.

La vitalité, c’est-à-dire la Santé Naturelle, dépend en force et qualité de la qualité et de la vigueur de ces mouvements, qu’il nous est donné d’exécuter à notre volonté.

Or, il n’est pas une drogue, si puissante qu’elle soit, qui puisse influencer, améliorer et régler le fonctionnement de nos organes et la constitution de nos tissus et humeurs autant que peut le faire l’exercice physique.

Respiration, circulation, nutrition, toutes Ies fonctions qui concourent à l’entretien de la vie peuvent être stimulées, réglées et coordonnées par la pratique de l’exercice.

C’est pourquoi cette pratique doit être comprise dans le traitement des maladies. Même la plupart des maladies banales et chroniques relèvent surtout de la gymnastique médicale ; elle constitue leur traitement essentiel, indispensable.

D’autres maladies graves, aiguës, infectieuses, doivent, certes, être traitées judicieusement par des médicaments qui ont fait leurs preuves d’efficacité, ou par des interventions chirurgicales justifiées.

Mais certaines formes d’exercice atténué sont fort utiles même au cours de ces traitements. En tous cas, la convalescence, dès qu’elle est amorcée, est accélérée par des exercices gymnastiques appropriés.

En résumé, l’Art de guérir doit faire une place très importante à l’exercice physique médicalement appliqué.

C’est le champ très vaste de ce traitement naturel des maladies que nous désirons explorer dans cette série de petits ouvrages, sous le titre général de « CE QUI GUERIT PAR L’EXERCICE »-

Extrait du livre du Docteur J.E. RUFFIER

Ce qui guérit par l’exercice

Dépressions et fatigues nerveuses  (édition épuisée)


%d blogueurs aiment cette page :